Accueil
  Mot de passe oublié
 
  Petit patrimoine
  Définition
  Déposer
  Visiter/rechercher
  Derniers dépôts
  Enigmes
  Comment chasser
  Créer une énigme
  Dernières énigmes
  Dernières découvertes
  Autre
  Contactez nous
  Les liens
  En savoir plus
  Fonds d'écran

 


Rechercher d'autres petits patrimoines - Page précédente Tweeter

Le Monument aux Morts à Joux-la-Ville (89)

 

Autres petits patrimoines dans le département 89
(Yonne)

A Villebougis, Hommage aux aviateurs disparus - Villebougis


A Mailly-la-Ville, Monument René Millereau à Avigny


A Chablis, Le monument aux morts


A Avallon, Le Monument aux Morts


A Vassy-Sous-Pisy, Poilu


A Étaule, Le monument aux morts d’Etaules


A Sens, Vestiges du pont Boffrand à Sens


A Auxerre, Le Monument aux Déportés, Fusillés et Internés de l’Yonne


A Brienon-sur-Armançon, Le Monument aux Morts de Brienon-sur-Armançon


A Châtel-Gérard, Le Menhir de la Dame Blanche


A Auxerre, Le partage des lauriers


A Sermizelles, Le monument aux morts


A Gy-l'Évêque, "Guerre à la guerre", le monument aux morts à caractère pacifiste de Gy l’Evêque


A Ligny-le-Châtel, Le Monument aux Morts de Ligny le Châtel


A Moutiers-en-Puisaye, Le chêne de la Liberté de Moutiers-en-Puisaye


A Marmeaux, La stèle au colonel Velly.


A Avallon, Le square Houdaille


A Villeneuve-sur-Yonne, Monument Emile Peynot


A Cravant, Le monument aux morts


A Saint-Maurice-aux-Riches-Homme, Stèle Henry Pickford


A Auxerre, 3 personnes pour la gloire d'Auxerre



Département : Yonne
Arrondissement : Avallon
Canton : Isle-sur-Serein-L
GPS : 47.6222 N / 3.8629 E
Rubrique : Commémoratif - Mémoire de guerre
Code postal : 89440
Date de dépôt : 15/11/2011



La décision d’implantation de ce monument a été prise le 1er juillet 1921. Le financement, s’élevant à 8 000 Francs, est couvert moitié par souscription publique, moitié par subvention communale. Le 15 août 1921, l’adjudication est accordée au sculpteur Justin Monin de Dissangis, seul à avoir fait une offre. Ce même jour l’emplacement est confirmé.
Les schémas de présentation du projet ont été retrouvés récemment chez un antiquaire.

Sur le monument, en forme d’obélisque, inauguré le 2 juillet 1922, sont représentés une croix de guerre, une palme "symbole de la victoire sur la mort, d'ascension, de régénérescence et d'immortalité" et une couronne de laurier qui rappelle la victoire. Sur le socle figurent un rameau d'olivier et une épée, symboles de paix et de gloire.
Sur la face avant, sous l’inscription sculptée "1914 - 1918" est gravée la phrase suivante : "A la mémoire glorieuse de ses enfants morts pour la France Joux la Ville reconnaissant".
Le nom des 32 morts et disparus domiciliés à Joux au moment de leur incorporation est gravé sur les deux faces latérales. Les noms des morts de la Seconde Guerre mondiale n’ont été gravés qu’en novembre 2012 mais ils étaient cités à chaque célébration, le 11 novembre et le 8 mai.

"On a délimité le lieu où l'on commémore les absents, on a fait un enclos à caractère sacré. Seul le magistrat municipal, ou les anciens combattants d'arme, à la rigueur les innocents enfants des écoles, peuvent prétendre pénétrer cette parcelle de sol désormais sacrée."

Le coq du monument et celui de l’église se tiennent donc compagnie depuis 1922.
Les premiers coqs au sommet d’une église remontent au 9e siècle, voire au 7e. Ils se sont répandus au 12e siècle à partir d’une "bulle" du pape qui avait souhaité que chaque église soit surmontée d’un coq girouette. Ce choix peut s’expliquer par le coq des évangiles ou par le fait que, comme le Messie, le coq annonce le passage des ténèbres à la lumière. "De par sa position élevée, dominant églises et cathédrales, le coq est le dernier à recevoir les rayons du soleil couchant et le premier à le saluer dès l'aube. Symboliquement il se rattache à l'idée de lumière, de mort et de renaissance".

D’autre part, la France a pour emblème le coq, vraisemblablement en raison du double sens du mot latin "gallus" qui signifie "Coq" et "Gaulois". C’est un motif assez fréquent sur les Monuments aux Morts où il est parfois représenté les ailes déployées, le bec ouvert, prêt à chanter". Mais il n’est pas moins patriotique en gardant ses ailes pliées, l’allure fière, la tête bien droite, comme s’il voulait défiler afin de marquer la victoire".

Informations provenant de la Mairie et de divers sites Internet.

Numro du petit patrimoine : 89208_5




Le coq et la Croix de guerre



Les deux coqs





La palme et la couronne de laurier



L'épée et le rameau d'olivier




 
Localisation prcise :

 
 
   
       
Dans le mme canton de Isle-sur-Serein-L
A Dissangis, Lavoir de la roche
A CIVRY SUR SEREIN, Le moulin à vent
A Joux-la-Ville, L'église Notre Dame de la Nativité - Extérieur -
A Isle-sur-Serein (L'), l'église Saint-Martin.
A Précy-le-Sec, La chapelle Sainte Philomène
A Coutarnoux, La maison des Goix
A Coutarnoux, L'église Saint-Martin
A Massangis, Le lavoir de Tormancy
A Blacy, La mairie
A Massangis, L'église Saint Symphorien
A Joux-la-Ville, La grange cistercienne d’Oudun - Intérieur -
A Joux-la-Ville, L'église Notre Dame de la Nativité - Intérieur -
A Isle-sur-Serein (L'), La fontaine sur la place de l'église
A Talcy, Le lavoir du Montceau
A Provency, L'église Saint-Symphorien de Provency
A Coutarnoux, Quatuor hydraulique
A Massangis, Le pont sur le Serein à Tormancy
A Annoux, La croix du cimetière d'Annoux
A CIVRY SUR SEREIN, L’église Saint Jean l’Evangéliste
A Joux-la-Ville, La grange cistercienne d’Oudun - Extérieur -
A Joux-la-Ville, Les culs-de lampe sculptés de l’église Notre Dame de la Nativité
A CIVRY SUR SEREIN, Le pont sur le Serein
A Précy-le-Sec, La croix dédiée à Sainte Philomène
A Provency, La fontaine de Provency
A Dissangis, L'autre lavoir
A Massangis, Le pont de Massangis
A Annoux, La tour Chappe
A Joux-la-Ville, La croix du Grand Val de la Nef
A CIVRY SUR SEREIN, Le lavoir-mairie-école
A Blacy, Le lavoir à 2 étages.
A CIVRY SUR SEREIN, L'autre lavoir de Civry
A Joux-la-Ville, Vieille cabane de vigne
A Dissangis, L'église Saint-Martin
A Massangis, Le lavoir de Massangis