Accueil
  Mot de passe oublié
 
  Petit patrimoine
  Définition
  Déposer
  Visiter/rechercher
  Derniers dépôts
  Enigmes
  Comment chasser
  Créer une énigme
  Dernières énigmes
  Dernières découvertes
  Autre
  Contactez nous
  Les liens
  En savoir plus
  Fonds d'écran

 


Rechercher d'autres petits patrimoines - Page précédente Tweeter

Viaduc de Barentin à Barentin (76)

 

Autres petits patrimoines dans le département 76
(Seine Maritime)

A Hodeng-Hodenger, Le porche de l'église Saint-Denis


A Dieppe, La grue de Cavé


A Rouen, Baptistère de la cathédrale de Rouen


A Rouen, La maison étroite de la rue du Gros-Horloge


A Rouen, Immeuble 66, rue Jeanne d'Arc


A Rouen, Immeuble 20, rue Saint-Gervais


A Rouen, Immeuble 14, rue de Le Nostre


A Rouen, Immeuble 25, rue Anatole-France


A Aumale, L’église Saint Pierre et Saint Paul


A Cany-Barville, EGLISE SAINT MARTIN ET SES 80 ANGES.


A Roumare, Place du Lieutenant Aubert à ROUEN (ET NON Â ROUMARE COMME VEUT NOUS LE FAIRE CROIRE FIREFOX)


A Boissay, La croix du Thil


A Tréport (Le), Notre Dame du Tréport


A Dieppe, Symbolisme d’une enseigne d’apothicaire


A Rouen, Bassin de la résidence « Front de Seine »


A Rouen, La fontaine accolée à l’église Saint-Vivien


A Havre (Le), Les bas reliefs de l'avenue Foch


A Buchy, Puits communal de Buchy


A Saint-Étienne-du-Rouvray, HABITAT OUVRIER STEPHANAIS 1870 1910


A Veules-les-Roses, Victor Hugo et Veules les Roses


A Bihorel, Four de la Briqueterie de la Madeleine


A Saint-Germain-des-Essourts, La chapelle Sainte-Austreberthe


A Gournay-en-Bray, Fontaine monumentale


A Neufchâtel-en-Bray, MISE AU TOMBEAU et intérieur de l’église N.D. de Neufchatel


A Saint-Jouin-Bruneval, Le Ramasseur de Galets


A Rouen, L’immeuble des Petits Logements


A Rouen, Chapiteau de l'église abbatiale de Sainte-Catherine-du-Mont


A Oissel, MOULIN à OISSEL N°2, Le Catelier et son panorama


A Vittefleur, Croix de cimetière


A Neuf-Marché, Le colombier de la ferme du Campadan


A Oissel, ANCIEN MOULIN


A Yport, L'église saint Martin


A Gournay-en-Bray, Campanile et cloches


A Dieppe, La fontaine de 1631


A Bonsecours, BASILIQUE DE BONSECOURS, intérieur peint et orgue Cavaillé-Coll.


A Rouen, GALERIE DE CELEBRITES ROUENNAISES, maison 18ème


A Morville-sur-Andelle, Le colombier de Morville-sur-Andelle


A Vieux-Rue (La), Porche de l'Eglise Saint-Martin


A Nolléval, Cimetière mondial de l'Art


A Sainte-Marie-des-Champs, Chapelle du Fay


A Gournay-en-Bray, Statue du Télégraphe


A Rouen, Cathédrale : escalier de la Librairie



Département : Seine Maritime
Arrondissement : Rouen
Canton : Pavilly
GPS : 49.5472 N / 0.9574 E
Rubrique : Eau - Pont et viaduc
Code postal : 76360
Date de dépôt : 06/06/2010



La construction de ce viaduc qui franchit la vallée de l'Austreberthe était nécessaire à ligne de chemin de fer Paris-Le Havre. Elle commença en 1843, sous les directives de l'ingénieur anglais Joseph Locke. Une trajectoire incurvée s'imposait à cause de la différence d'altitude des deux collines à relier. Le viaduc serait composé de vingt-sept arches de quinze mètres d'ouverture soutenues par des piliers en brique de quatre mètres d'épaisseur ayant pour bases des socles de pierre.

Alors que les travaux s'achevaient, le 10 mai 1846, à six heures moins le quart du matin, un habitant de Yerville, Monsieur Lelong, se dirigeait vers Rouen et arriva à trente mètres du viaduc, se trouvant soudainement dans l'impossibilité de faire avancer son cheval.
Ce fut une chance pour lui car à ce moment précis la catastrophe se produisit : les vingt-huit piliers qui soutenaient les voûtes du viaduc à 32 mètres au-dessus du sol tombèrent avec la rapidité d'un château de cartes qui s'écroule mais en faisant beaucoup plus de bruit... Sur cinq cents mètres, un amas de briques écrasées et de divers matériaux envahissait l'espace. Seul un moulin se trouva démoli ; l'homme qui y vivait fut sauvé. A cause des décombres, l'eau de l'Austreberthe ne coulait plus.
De nombreuses enquêtes sur ce désastre furent faites et de nombreux articles de presse sur ce sujet aiguisèrent la rivalité entre les villes de Rouen et Le Havre. Le ministre des Travaux publics finit par attribuer la catastrophe à un défaut de consistance des bases.
Le 20 mars 1847, tout était reconstruit et la ligne de train fut ouverte. Le viaduc fut menacé de destruction un an plus tard, lors de la révolution de 1848, par les ouvriers des filatures de Bolbec et Lillebonne mais il resta debout jusqu'au 8 août 1944, date à laquelle l'aviation alliée coupa une arche, dégât suivi le 25 août par la destruction de huit arches par les Allemands, ce qui entraîna la démolition de deux autres pour des raisons de sécurité.
Le 23 septembre 1946 la ligne fut rétablie.

Numro du petit patrimoine : 76057_7





























 
Localisation prcise :

 
 
   
       
Dans le mme canton de Pavilly
A Barentin, Rythme, d’Anna Quinquaud
A Barentin, Cérès, par A. Bizette-Lindet
A Barentin, Bataille de fleurs
A Barentin, Le père Bunel, par Henri Bouchard
A Barentin, Saint Georges terrassant le dragon, E. Frémiet
A Barentin, Athlète au repos
A Barentin, La muse de Thomas Corneille, par P. Belmondo
A Barentin, Plaques de rue "Avenue Victor Hugo".