Accueil
  Mot de passe oublié
 
  Petit patrimoine
  Définition
  Déposer
  Visiter/rechercher
  Derniers dépôts
  Enigmes
  Comment chasser
  Créer une énigme
  Dernières énigmes
  Dernières découvertes
  Autre
  Contactez nous
  Les liens
  En savoir plus
  Fonds d'écran

 


Rechercher d'autres petits patrimoines - Page précédente Tweeter

Le Geisberg 1/3 : Le monument français au coq à Wissembourg (67)

 

Autres petits patrimoines dans le département 67
(Bas Rhin)

A Stutzheim-Offenheim, L’Alsacienne au barabli


A Stutzheim-Offenheim, La grotte de Lourdes-monument aux morts de Stutzheim


A Strasbourg, La tombe des frères Ott, maîtres-verriers


A Strasbourg, La tombe des victimes du siège de Strasbourg en 1870


A Barr, La tombe du docteur Charles Sultzer


A Artolsheim, Mémorial du crash du 15 mars 1944


A Truchtersheim, Le nouveau monument aux morts


A Ichtratzheim, Le monument aux morts des 2 guerres


A Hindisheim, La colonne pour l'An 2000


A Erstein, Borne historique Laure Diebold-Mutschler


A Wissembourg, Le Geisberg 2/3 : Le monument allemand des Trois Peupliers


A Strasbourg, Le Monument aux morts de Koenigshoffen


A Altorf, La statue de Jeanne d'Arc sur le monument aux morts


A Reichshoffen, Le monument aux morts


A Dettwiller, Le 3e monument aux morts


A Baerendorf, Grotte de Lourdes et monument aux morts


A Wantzenau (La), Le monument aux morts


A Hœnheim, L'an 2000



Département : Bas Rhin
Arrondissement : Wissembourg
Canton : Wissembourg
Rubrique : Commémoratif - Mémoire de guerre
Code postal : 67160
Date de dépôt : 11/05/2014



La colline du Geisberg, au sud-est de Wissembourg, entre la D264 à l'ouest et la D263 à l'est, fût un lieu de batailles dont la plus célèbre est la bataille du 4 août 1870.
Vous y trouverez plusieurs monuments souvenirs de ce dernier épisode.
Le monument français est situé le plus au nord, à la fin de la D186, dominant la ville.
GPS : 49°01'11" N / 7°57'25" E

La bataille de Wissembourg ou bataille du Geisberg fut la première bataille de la Guerre franco-prussienne de 1870. Elle eut lieu le 4 août 1870. Victoire prussienne.
Elle opposa bravement les 8000 hommes de la 2e Division d'Infanterie du Général Abel Douay (qui y trouva la mort) aux 60 000 hommes de la IIIe Armée de Frédéric-Guillaume, Prince royal de Prusse. Cette victoire prussienne, qui fit 2 300 morts côté français et 1551 côté prussien, fut décisive pour le sort du Second Empire français.

Auguste Spinner (1864-1939) est un personnage marquant de l'Alsace du début du 20e siècle. A la fois peintre, décorateur, architecte, espion, journaliste, militaire, historien puis enfin fonctionnaire au service de la France. C'est lui qui eut l'idée dès 1906 d'édifier sur le Geisberg un monument pour toutes les batailles qui s'y déroulèrent :
- 1705-1706 : guerre de la succession d'Espagne, bataille du maréchal de Villars
- 1744 : guerre de la succession d'Autriche, bataille du général de Coigny
- 1793 : bataille du général Lazare Hoche sous la Révolution
- 4 août 1870 : bataille du général Abel Douay
Il obtint l'accord du Statthalter Wedel sous la responsabilité de l’empereur Guillaume II.
Ce premier monument était une œuvre du sculpteur Albert Schultz (1871-1953).
La statue d'une femme ailée, symbole du génie de la Patrie, était adossée à un obélisque coiffé d'un coq gaulois en bronze. Le bronze utilisé provenait des canons de la citadelle de Belfort. Des coiffes militaires en grès sculpté situées aux 4 angles du socle rappelaient les conflits concernés. Mais 2 jours avant l'inauguration le 17 octobre 1909, les Allemands exigèrent d'enlever ces coiffes.
L'inauguration de ce monument dédié "aux soldats français morts pour la Patrie" eut un succès inattendu. Plus de 50 000 Alsaciens-Lorrains chanteront la Marseillaise sous les yeux effarés des autorités allemandes, démontrant leur esprit de revanche.
Mais en septembre 1940, les nazis dynamiteront le monument.
Toutefois, la maquette du monument est conservée au musée Westercamp de Wissembourg.

A la Libération, le coq, qui avait été caché, est exposé à la mairie. Il retrouvera sa place au sommet du nouveau monument inauguré le 13 novembre 1960.
Ce monument actuel, version contemporaine de celui de 1909, est dû aux architectes Crombach et Kronenberger.
On y retrouve gravées la dédicace et les dates des conflits déjà évoqués sur le premier hommage.
La nouvelle effigie du génie de la Patrie a été réalisée par le sculpteur Morlaix.
A noter que quelques fragments des coiffes sont restées sur le site.

Numro du petit patrimoine : 67544_13













 
Localisation de la commune :

 
 
   
       
Dans le mme canton de Wissembourg
A Lembach, Les chevaliers sans frontières
A Wissembourg, Le Bonheur va......
A Wissembourg, La tour des Husgenossen
A Niedersteinbach, L'église paroissiale protestante Saint-Gall
A Climbach, Les vestiges de la chapelle de la Vierge et de Saint-Fridolin
A Obersteinbach, L'église Saint-Martin
A Wissembourg, Aux moines Bénédictins
A Wissembourg, La Maison de l'Ami Fritz
A Wissembourg, La Maison Vogelsberger
A Niedersteinbach, Le récent monument aux morts
A Wissembourg, Le Geisberg 2/3 : Le monument allemand des Trois Peupliers
A Wissembourg, Le lavoir du Bruch
A Wissembourg, La Fontaine de la Place du Marché aux Choux
A Wissembourg, La Grange aux Dîmes
A Wissembourg, L'église paroissiale, ancienne abbatiale St Pierre et St Paul
A Obersteinbach, L'église protestante
A Wissembourg, Le Geisberg 3/3 : Le monument allemand aux lions
A Wissembourg, La fontaine Stichaner
A Wissembourg, La Maison de Stanislas
A Wissembourg, La chapelle "Maria G'hör" à Weiler
A Riedseltz, Le calvaire des Kolb
A Niedersteinbach, L'église paroissiale catholique Saint-Gall