Accueil
  Mot de passe oublié
 
  Petit patrimoine
  Définition
  Déposer
  Visiter/rechercher
  Derniers dépôts
  Enigmes
  Comment chasser
  Créer une énigme
  Dernières énigmes
  Dernières découvertes
  Autre
  Contactez nous
  Les liens
  En savoir plus
  Fonds d'écran

 


Rechercher d'autres petits patrimoines - Page précédente Tweeter

Le monument aux morts de Geudertheim à Geudertheim (67)

 

Autres petits patrimoines dans le département 67
(Bas Rhin)

A Truchtersheim, Le nouveau monument aux morts


A Stutzheim-Offenheim, L’Alsacienne au barabli


A Stutzheim-Offenheim, La grotte de Lourdes-monument aux morts de Stutzheim


A Strasbourg, La tombe des frères Ott, maîtres-verriers


A Strasbourg, La tombe des victimes du siège de Strasbourg en 1870


A Barr, La tombe du docteur Charles Sultzer


A Artolsheim, Mémorial du crash du 15 mars 1944


A Ichtratzheim, Le monument aux morts des 2 guerres


A Hindisheim, La colonne pour l'An 2000


A Erstein, Borne historique Laure Diebold-Mutschler


A Wissembourg, Le Geisberg 2/3 : Le monument allemand des Trois Peupliers


A Strasbourg, Le Monument aux morts de Koenigshoffen


A Altorf, La statue de Jeanne d'Arc sur le monument aux morts


A Reichshoffen, Le monument aux morts


A Dettwiller, Le 3e monument aux morts


A Baerendorf, Grotte de Lourdes et monument aux morts


A Wantzenau (La), Le monument aux morts


A Hœnheim, L'an 2000



Département : Bas Rhin
Arrondissement : Strasbourg-Campagne
Canton : Brumath
GPS : 48.7231 N / 7.7564 E
Rubrique : Commémoratif - Mémoire de guerre
Code postal : 67170
Date de dépôt : 17/12/2012



Ce monument en grès rose occupe un angle de la Place Marie-Georges Picquart devant la mairie le long de la rue du Général de Gaulle.
On y voit une mère et son enfant debout, pieds nus, affligés. Sur les 2 plaques les encadrant sont gravés les noms des victimes.
Je ne connais pas l'auteur de ce monument.

Mais l'occasion nous est donnée ici de parler de Marie-Georges Picquart.
Né à Strasbourg en 1854, son père, percepteur, s'installe pour 6 ans en 1856 à Geudertheim avant de retourner à Strasbourg où Marie-Georges fait des études militaires. Il devient professeur à l'École supérieure de guerre où il a comme élève un certain Alfred Dreyfus.
L'affaire Dreyfus éclate en 1894. Ce capitaine français, juif d'origine alsacienne, accusé de trahison pour avoir livré des documents secrets aux Allemands, sera dégradé, condamné au bagne à perpétuité, et envoyé à l'Île du Diable.
A cette époque, Picquart, colonel au 2e Bureau (contre-espionnage), est convaincu de l'innocence de son ancien élève. Il découvrira des preuves de son innocence (le "petit bleu") et de la culpabilité du commandant Ferdinand Walsin Esterházy.
Mais sa hiérarchie refuse de se déjuger et envoie Picquart, contraint au silence, en poste en Tunisie.
Cependant la vérité se fait jour par ailleurs et Picquart parle. Il est alors chassé de l'armée et emprisonné pendant un an.
En 1906 Dreyfus est réhabilité, de même que Picquart nommé général de brigade et dans la foulée ministre de la Guerre dans le premier gouvernement Clemenceau.
Il mourra accidentellement en 1914 peu avant la Première Guerre Mondiale.
Sa famille refusera les funérailles nationales.
GPS : 7°45'23" E / 48°43'23" N

Numro du petit patrimoine : 67156_1













 
Localisation prcise :

 
 
   
       
Dans le mme canton de Brumath
A Brumath, Le monument gnomonique du centre hospitalier de Stephansfeld
A Mommenheim, La statue du Sacré-Cœur
A Bietlenheim, La chapelle, temple Saint-Arbogast
A Kurtzenhouse, Au hasard d'un chemin
A Mommenheim, La synagogue
A Wantzenau (La), Le monument aux morts
A Bernolsheim, La chapelle du cimetière
A Gambsheim, La chapelle de la Vierge Douloureuse
A Bernolsheim, L'église Saint-Pancrace et Saint-Sébastien