Accueil
  Mot de passe oublié
 
  Petit patrimoine
  Définition
  Déposer
  Visiter/rechercher
  Derniers dépôts
  Enigmes
  Comment chasser
  Créer une énigme
  Dernières énigmes
  Dernières découvertes
  Autre
  Contactez nous
  Les liens
  En savoir plus
  Fonds d'écran

 


Rechercher d'autres petits patrimoines - Page précédente Tweeter

Un Monument signé Auteroche et Noir. à Volvic (63)

 

Autres petits patrimoines dans le département 63
(Puy de dôme)

A Issoire, Mère et orphelin.


A Issoire, Aux morts de la guerre de 1870.


A Saint-Sauves-d'Auvergne, Ne l'oublie jamais


A Ceyssat, Humanité


A Saint-Nectaire, Dolmen de la Pineyre


A Sermentizon, Momument aux morts


A Saint-Georges-de-Mons, croix en mémoire d'un poilu au lieu-dit Villevieille


A Goutelle (La), Monument 39-45


A Volvic, Original cet "arbre du souvenir"


A Montaigut, Monument aux morts de Montaigut


A Cheix (Le), Monument aux Morts du Cheix


A Bourg-Lastic, Monument aux morts


A Aubière, Le menhir de la Pierre Piquée


A Châtelguyon, Aux enfants de Chatel-Guyon


A Saint-Angel, Monument aux morts


A Sainte-Christine, Le Moulin Pialet : site de la Résistance


A Ancizes-Comps (Les), Mémorial des Combrailles


A Vollore-Ville, Monument aux morts de Vollore Ville



Département : Puy de dôme
Arrondissement : Riom
Canton : Riom-Ouest
GPS : 45.8773 N / 3.0422 E
Rubrique : Commémoratif - Mémoire de guerre
Code postal : 63530
Date de dépôt : 06/02/2007



C'est en 1946 que la municipalité de Volvic demande à M. Auteroche, sculpteur en la cité de la pierre, un monument qui retracerait l'histoire de la guerre. Celui-ci décide de travailler avec M.Louis Noir, architecte à Clermont-Fd. Les deux hommes se connaissent bien puisque M. Noir, enfant, venait passer ses vacances à Volvic et qu'ils se sont retrouvés aux Beaux-Arts de la capitale auvergnate.
La municipalité finance le projet en partie et une souscription est lancée.
Le travail dura deux ans et fut inauguré en août 1948.

L'architecte opta pour la colonne, utilisée de longue date comme monument commémoratif (colonne trajane, Vendôme). Celle de Volvic mesure un peu moins de 4 m.
Louis Noir voulait des bas-reliefs de style égyptien (qui offrent une narration continue au spectateur qui tourne autour du monument), mais la municipalité refusa, préférant les bas-reliefs classiques, plus immédiatement lisibles.
La base de la colonne a été conçue sur le modèle de la médaille militaire.

Le monument est donc constitué, pourrait-on dire, de quatre faces symétriques par leur position :

- deux plus étroites et d'un seul panneau :
¤ regardant la rue qui mène au centre du bourg, le panneau de la croix de Lorraine -symbole du Maquis-, inscrite dans le V de la victoire, sur un fond de rameaux de laurier et de chêne ;
¤ face à la route de Crouzol, un texte gravé entre une France ailée (France en paix) et un bonnet phrygien :" A TOUS COMBATTANTS PRISONNIERS DEPORTES MAQUISARDS UNIS PAR LEURS SOUFFRANCES ET PAR LEUR SACRIFICE POUR LA PAIX ET POUR LA LIBERTE"

- deux autres constituées chacune de 3 panneaux de bas-reliefs : un par niveau.

Ce sont ces panneaux qui constituent le grand intérêt de ce monument car les auteurs, s'inspirant de faits particuliers, ont su choisir des scènes à la fois émouvantes comme des instantanés et représentatives du vécu des Français en cette période noire.

FACE OUEST (de bas en haut):

1. LA MOBILISATION (de gauche à droite):
<>Le départ : un couple enlacé va se séparer; l'homme, musette au côté, penche sa tête vers celle de la femme posée sur son épaule. Abandon et tristesse.
<>Deux soldats pour symboliser ceux de la ligne Maginot face à la ligne Siegfried.
<>Un guetteur qui rappelle l'hiver 39/40 passé à s'observer durant cet épisode connu sous le nom de "drôle de guerre". Le guetteur a le profil d'un ami du sculpteur, le lieutenant Fabre, qui était dans les Ardennes.

2. LA GUERRE :
<>L'exode représenté par une femme en fuite, portant un jeune enfant, tandis qu'un deuxième marche à ses côtés, un pauvre ballot sur le dos.
<>Sur les flots, le torpilleur Sirocco en flammes (coulé le 29 mai 1940 alors qu'il participait à l'évacuation des troupes de la poche de Dunkerque). Domat, cultivateur à Crouzol, hameau proche de Volvic, se trouvait sur le Sirocco.
<>Au-dessus du navire de guerre, trois Stuka, les "bombardiers en piqué" qui semaient la terreur dans l'armée en débacle. L'artiste a recréé l'impression de crainte qu'ils ont laissé dans les mémoires en les représentant de face, avec une mise en relief accentuée.
<>Un soldat mourant dans les bras d'un brancardier. Evocation de la mort du Lieutenant Fabre; celui-ci venait d'inspecter la position d'une batterie anti-char, il rentrait à cheval et fut atteint par un éclat d'obus qui lui sectionna l'artère fémorale. Un aumonier-brancardier le soutient : le père Joseph, capucin qui veilla sur ses derniers instants.

3. LES PRISONNIERS
<>A gauche du Rhin, l'aigle allemand, la croix gammée, la femme aux poignets liés, genou à terre, symbolisent la France occupée, la France qui a les yeux trournés vers l'au-delà du Rhin, vers les prisonniers et les déportés du travail.
<>A droite du Rhin, en bas, les déportés du travail; en haut, les prisonniers dans les camps : un prisonnier qui s'ennuie lit une lettre sous le regard d'un soldat allemand.

FACE EST (côté Riom) :

1. La DEPORTATION
<>Le camp : un prisonnier sur son châlis dit assez "l'épuisement de la vie" (Semprun); sur lui se penche un autre, son semblable, ni couché, ni debout, dans la diagonale, entre deux zones. A l'arrière-plan, un mirador sur un fond de clôture, quadrillage épineux.
<>L'arrestation : un résistant entre un homme de la gestapo et un de la Werhmart, devant un bâtiment en flammes. La scène commémore les événements de l'hôtel Martinon de Volvic. Occupé par les Allemands, cet hôtel était dirigé par la famille Dabel, dont un fils avait pris le maquis. Les maquisards furent surpris dans l'hôtel par la gestapo. L'un d'eux ouvre le feu et tue un Allemand. L'armée allemande réclame des otages. Le second adjoint, Dérouville, essaie de gagner du temps. Au final, l’hôtel fut détruit, la famille Martinon (les parents et les 2 fils) arrêtée et déportée. Le père mourut en déportation, la mère revint, le plus jeune fils mourut à son retour. Quant au fils Abel, le maquisard, il revint, mais comme tant d'autres, si maigres, leur corps devenu une forme qui "flottait entre la vie et la mort." (Duras, La Douleur)

2. LE MAQUIS
<>Les parachutages d'armes, d'argent, en arrière-plan, évoque l'action du maquis dans les cheires.
<>Au premier plan, un résistant lance une grenade. C'est une allusion à un épisode qui se déroula dans le secteur de Volvic : les Allemands s'étaient aventurés dans la zone des trous de carrière - où les résistants cachaient des armes (c'est sans doute ce paysage qu'illustrent les blocs de pierre et les sapins). Les maquisards lancèrent une grenade sur la première voiture du convoi.
<>Un homme armé sur le qui-vive : un maquisard qui guette.
<>Différentes actions du maquis sont représentées à droite : lignes électriques à bas, pont endommagé, prison aux barreaux brisés (évocation de l'évasion du général Delattre de Tassigny de la prison de Riom).

3. LA VICTOIRE
La victoire ailée accueille le partisan et le soldat entourant un déporté et salue leur union.

M. Auteroche exécuta les modèles de tous les bas-reliefs (sculpture en argile, puis moulage en plâtre). Il réalisa le Départ et la Guerre; les autres bas-reliefs le furent par d'autres sculpteurs de Volvic.

Tous ces panneaux sont assemblés selon une technique d'appareillage.
L'intérieur de la colonne est creux.


Fernand Auteroche a aujourd'hui 91 ans. Il raconte le passé avec la vivacité du vécu, le sens de l'Histoire, la lucidité du recul et la bienveillance que le temps donne à l'homme de coeur. Il parle avec enthousiasme de son métier. Il explique ce qu'en sculpture on appelle la "valeur" en utilisant pour exemple une oeuvre en cours. Et je comprends bien que la valeur, il connaît.
Je le remercie.

Numro du petit patrimoine : 63470_14




La mobilisation, la guerre, les prisonniers



Le départ



Les stuka, le Sirocco, la mort de Fabre



Déportation, maquis, victoire




 
Localisation prcise :

 
 
   
       
Dans le mme canton de Riom-Ouest
A Malauzat, Eau native, eau captive à Saint-Genès l’Enfant
A Volvic, 1952-1962 Souvenez vous...
A Volvic, Original cet "arbre du souvenir"
A Riom, Le Gaulois Mourant de Gréber
A Volvic, La Fontaine républicaine de Saint-Priest surmontée d'une croix
A Volvic, Eglise de Volvic
A Volvic, Fontaine puis bac à fleurs...
A Mozac, Saint-Pierre de Mozac
A Volvic, Une pression d'eau Svp Mme la Fontaine
A Volvic, Croix de mission
A Volvic, Les Muses du jardin des Bosredon
A Volvic, Un escalier... d'eau
A Volvic, Fontaine de la place de l'église
A Marsat, Croix du XVIème à Marsat