Accueil
  Mot de passe oublié
 
  Petit patrimoine
  Définition
  Déposer
  Visiter/rechercher
  Derniers dépôts
  Enigmes
  Comment chasser
  Créer une énigme
  Dernières énigmes
  Dernières découvertes
  Autre
  Contactez nous
  Les liens
  En savoir plus
  Fonds d'écran

 


Rechercher d'autres petits patrimoines - Page précédente Tweeter

Le château fort de Montiers-sur-Saulx. à Montiers-sur-Saulx (55)

 

Autres petits patrimoines dans le département 55
(Meuse)

A Montiers-sur-Saulx, L'hôtel de ville de Montiers-sur-Saulx.


A Montiers-sur-Saulx, Les demeures des XVII° et XVIII° siècles de Montiers-sur-Saulx.


A Robert-Espagne, La Tour Bellevue


A Bar-le-Duc, Hôtel de Salm


A Bar-le-Duc, ville basse 4


A Bar-le-Duc, Ville haute - Place Saint-Pierre 6


A Bar-le-Duc, Ancien bâtiment des archives départementales


A Bar-le-Duc, Ville haute - Place Saint-Pierre 3


A Bar-le-Duc, ville basse 1


A Bar-le-Duc, Ville haute - Place Saint-Pierre


A Bar-le-Duc, ville basse 3


A Bar-le-Duc, ville basse 2


A Bar-le-Duc, Albert Cimochowski et sa maison natale


A Bar-le-Duc, Ville haute - Place Saint-Pierre 2


A Bar-le-Duc, Préfecture de Bar-le-Duc



Département : Meuse
Arrondissement : Bar-le-Duc
Canton : Montiers-sur-Saulx
GPS : 48.5322 N / 5.2671 E
Rubrique : Bâtiment - Château et fortification
Code postal : 55290
Date de dépôt : 16/11/2016



Après son premier mariage avec Laure de Sarrebruck en 1302, Anseau de Joinville, seigneur de Montiers-sur-Saulx, adoubé en 1274, y fit construire un château. Entouré de murailles et fossés, il possédait quatre tours et un pont-levis et était gardé par une petite garnison de soldats.
En 1315, il fit ajouter une chapelle au second étage de l'une des tours dont il confia la desserte aux religieux de l'abbaye d'Ecurey, écart de Montiers. Elle fut dédiée à saint Nicaise, évêque martyr de Reims, dont une statue en bois surplombait la source au mur nord du château. Cette statue fut transférée à l'église de Montiers et remplacée ici par une sculpture en pierre.

La seigneurie passa dans la famille de Vaudémont lorsque Marguerite de Joinville, petite fille d'Anseau, épousa en troisième noce Ferry 1er de Lorraine, comte de Vaudémont, en 1393.

En 1473, leur petit fils René II, duc de Lorraine et de Bar, en hérita. Sa douairière, Philippe de Gueldres, légua ce bien en 1520 à leur fils Claude, après s'être retirée comme religieuse chez les Clarisses à Pont-à-Mousson l'année précédente.
Claude de Lorraine, premier duc de Guise, compagnon d'armes de François Ier qui le nomma Grand veneur en 1526, aimait séjourner au château pour la chasse et y fit faire des réparations. Il n'est donc pas étonnant que ce dernier, roi-chasseur, y vint.
C'est ainsi que le château fut également un lieu de ralliement des troupes que François Ier vint inspecter lors de la guerre l'opposant à Charles Quint. Le 21 juillet 1542, il y signa le premier traité d'alliance entre la France et la Suède avant d'envoyer son armée contre Charles Quint.
Le château fut particulièrement endommagé en 1544 par les soldats de l'empereur.

Par son testament du 2 mars 1550, Claude de Lorraine donna Montiers-sur-Saulx à son fils François Ier de Lorraine, 2e duc de Guise, surnommé le balafré et assassiné en 1563.

En 1552, c'est Henri II qui séjourna au château lors du "voyage d'Allemagne", expédition militaire contre ce même empereur Charles Quint, à l'occasion de sa rencontre à Gondrecourt-le-Château avec Jacques de Gournay, échevin de Metz.

En octobre 1559, lors de son séjour au château en compagnie de sa sœur Élisabeth et du duc de Guise, le jeune et malingre roi de France François II y signa la nomination des gouverneurs de ses deux frères, les futurs Charles IX et Henri III.

Devenue baronnie en 1585, Montiers-sur-Saulx fut vendue en 1600 par Henri, duc de Guise, très endetté par les guerres. A sa mort, Charles Ier de Lorraine, 4e duc de Guise, la racheta en janvier 1617. François Vautier fut nommé capitaine du château.

En 1737, un bâtiment a été construit en appui sur la courtine Est. Cette date apparaît au-dessus de la porte d'entrée.

En 1796, le château fut vendu comme bien national, puis racheté par la commune en 1851 pour y installer la gendarmerie jusqu'en 1887, puis l'école des filles. L'école primaire occupe toujours une partie des bâtiments.

Les vestiges, tour avec archères, cour carrée et courtines, permettent de considérer ce château féodal comme ayant pu avoir une vocation défensive. Cependant, nous pensons qu'il a surtout été une seigneurie banale, lieu de chasses ducales et royales plutôt qu'une place militaire, en raison de la relation des familles de Joinville et de Guise avec les rois de France qu'ils y ont accueillis.

Rue de la Tour.

© LPJ.
Cette fiche - texte et photographies - n'est pas libre de droit. Pour tout usage extérieur au site Petit-Patrimoine.com, merci d'en citer obligatoirement la référence.

Numro du petit patrimoine : 55348_4











 
Localisation prcise :

 
 
   
       
Dans le mme canton de Montiers-sur-Saulx
A Mandres-en-Barrois, Le vieux lavoir de Mandres en Barrois
A Montiers-sur-Saulx, L'hôtel de ville de Montiers-sur-Saulx.
A Montiers-sur-Saulx, L'auge Turquet-Colas de Montiers-sur-Saulx.
A Montiers-sur-Saulx, Monument aux morts et stèle aux aviateurs à Montiers-sur-Saulx.
A Montiers-sur-Saulx, La chapelle Saint-Sébastien
A Montiers-sur-Saulx, Les demeures des XVII° et XVIII° siècles de Montiers-sur-Saulx.
A Montiers-sur-Saulx, Le lavoir-séchoir
A Montiers-sur-Saulx, Le lavoir municipal de Montiers-sur-Saulx.