Accueil
  Mot de passe oublié
 
  Petit patrimoine
  Définition
  Déposer
  Visiter/rechercher
  Derniers dépôts
  Enigmes
  Comment chasser
  Créer une énigme
  Dernières énigmes
  Dernières découvertes
  Autre
  Contactez nous
  Les liens
  En savoir plus
  Fonds d'écran

 


Rechercher d'autres petits patrimoines - Page précédente Tweeter

Intérieur de l'église de Quinssaines à Quinssaines (03)

 

Autres petits patrimoines dans le département 03
(Allier)

A Saint-Désiré, Eglise Saint-Désiré


A Saint-Désiré, Chapelle Sainte Agathe à St-Désiré


A Saint-Désiré, Eglise St-Désiré, intérieur


A Celle (La), Saint-Patrocle de La Celle


A Colombier, Saint-Patrocle de Colombier


A Teillet-Argenty, Avoir avant la fin


A Durdat-Larequille, Fontaine St Martial Durdat


A Terjat, Eglise de Terjat


A Hérisson, Saint-Pierre de Chateloy


A Quinssaines, La croix du maire et du curé


A Ébreuil, Fresques de la tribune de Saint-Léger d'Ebreuil


A Reugny, Le prieuré Notre Dame


A Néris-les-Bains, Eglise Saint-Georges, quelques statues et vitraux


A Bellenaves, Eglise Saint-Martin


A Saint-Bonnet-de-Four, Eglise Saint-Bonnet et Clocher Tors


A Bellenaves, Sculpture et architecture intérieure de l'église Saint-Martin


A Valignat, Eglise Saint-André


A Petite-Marche (La), Eglise



Département : Allier
Arrondissement : Montluçon
Canton : Montluçon-Ouest-2e-Canton-
Rubrique : Religieux - Eglise ou chapelle
Code postal : 03380
Date de dépôt : 13/05/2006



L'église et la paroisse de QUINSSAINES sont mentionnées au XIIe siècle dans différents textes dont le plus important est une bulle du pape Adrien IV. Ce document qui date de 1158 énumère les paroisses dépendant dès l'origine de la prévôté d'Évaux, communauté de chanoines réguliers qui remontait au-delà du IXe siècle. Parmi ces paroisses, citons celles de St Pierre de MONTLUÇON, DOMÉRAT, LIGNEROLLES, MAZIRAT, TEILLET, STE-RADEGONDE, BLANZAT, SAULX, NÉRIS, QUINSSAINES. Ces religieux étaient des clercs pratiquant la vie commune, des clercs « réguliers » ou canoniques - d'où leur nom français de chanoines.

Or, on trouve un certain air de famille à plusieurs de ces églises, spécialement les églises rurales : le plan rectangulaire, la nef unique, le choeur terminé à l'Est par un chevet plat éclairé par une fenêtre unique. A l'Ouest, la façade très sobre est surmontée par un clocher « mur », sorte de haut pignon triangulaire percé d'une, ou de deux arcades tel était le plan de QUINSSAINES, celui de SAULX, de BLANZAT, de TEILLET, de MAZIRAT comme l'est toujours celui de SAINTERADEGONDE ou encore de COURSAGE, LAMAIDS, POLLIER, FRONTENAT.

Mais au XIXe siècle, certaines paroisses ont voulu reconstruire totalement leur église : MAZIRAT, TEILLET, LIGNEROLLES, PREMILHAT, alors que d'autres se sont contentées - telles ST-MARTINIEN ou QUINSSAINES - de doter la façade Ouest d'une tour surmontée d'une flèche, autrement dit d'un « beau clocher », pointu à merveille remplaçant le modeste campanile à arcades de l'époque romane.
A QUINSSAINES, à TREIGNAT, à LA CHAPELAUDE ou à VAUX, on a également voulu décorer les voûtes du choeur et la paroisse s'est offert une décoration peinte de qualité à l'imitation des peintures du XVIe siècle.
Pour mettre en valeur le sanctuaire on décida à Quinssaines de couvrir de peintures la voûte du choeur. La datation de cette réalisation est aisée puisqu'un cartouche, situé au sommet d'un arc doubleau, nous donne quelques indications. En voici le texte intégral :
" D. O. M. Avec l'agrément du conseil de fabrique et de toute la paroisse, Monsieur Filiol, curé et M. Roffignon, maire, ont fait décorer cette église par ZAMMINI, le 23 décembre, l'année du Seigneur 1843."

L'abbé Filiol fut en effet curé de la paroisse de 1831 à 1851, mais nous ne savons rien de l'origine de l'artiste peintre qui travailla dans l'église, ni des conditions du marché passé avec les fabriciens.
Seule la portion de voûte correspondant aux deux dernières travées, ainsi que la partie haute du chevet, ont été peintes.
Sur les côtés du chceur, quatre grandes scènes illustrant la Passion et la Résurrection du Christ garnissent de fausses baies ogivales, reliées entre elles par un décor en grisaille et en trompe l'oeil, remarquable de qualité.
A l'extrémité gauche du ehcrur : C'est la composition la moins intéressante. Le peintre a représenté sans grande originalité, le Christ à Gethsémani, à genoux devant un ange qui lui tend une coupe.
En face de la précédente, sur le côté droit : La Crucifixion. Une femme aux longs cheveux, agenouillée, (Marie-Madeleine) enserre le pied de la croix avec ses bras. Son visage est express et l'attitude touchante. Il y a plusieurs analogies entre cette peinture et la même scène peinte dans l'église de Treignat.
Au-dessus de l'arc ouvrant sur la chapelle latérale droite La mise au tombeau. Celle-ci semble être la copie d'une oeuvrde maître.
Au-dessus de l'arc ouvrant sur la chapelle latérale gauche ë La Résurrection. Le peintre de QUINSSAINES a reproduit ici avec maîtrise (quand on pense aux proportions différentes, à l'inclinaison de la voûte) une oeuvre de Rubens conservée à la cathédrale Notre-Dame d'ANVERS : le triptyque de la Résurrection, peint en 1612. Plus exactement, il s'agit de la reproduction du panneau central du triptyque.
Mais ce qui est le plus amusant, c'est que M. ZAMMINI n'a pas réalisé là une banale copie d'une toile célèbre. Au contraire, la comparaison des deux peintures fait apparaître qu'il s'est ingénié à personnaliser son travail en « décapitant les personnages de Rubens pour mettre sur leur corps des visages imaginés par lui, ou comme on avait parfois l'habitude de le faire, ceux de quelques habitants de la commune (Maire,
Curé, fabriciens...) ou bien encore le sien.
Entre ces quatre compositions, des anges peints en grisaille avec une technique parfaite portent les instruments de la Passion.
Dieu le Père, à la barbe blanche fournie, est présent en haut du chevet, jaillissant du mur, les bras ouverts.
Quant au retable, il fut restauré à la fin du siècle dernier. A la même époque, le tableau central qui représentait l'Ascension du Seigneur et qu'un membre de la famille Ruche avait paraît-il sauvé du péril révolutionnaire, fut remplacé par unetoile de médiocre facture, toujours en place, illustrant l'Annonciation.
Comme on le voit, les peintures murales de l'église de Quinssaines ne relèvent. pas d'un modèle impersonnel ou sulpicien, mais témoignent par leur originalité de l'imagination et de la technique d'un peintre du XIXe siècle. L'oeuvre de M. ZAMMINI mérite d'être restaurée et protégée.
Malgré toutes ces « améliorations », l'église de QUINSSAINES n'a rien perdu de la beauté de ses proportions harmonieuses. De très loin, on perçoit à l'horizon la flèche de son clocher (dont la construction remonte à 1857). On disait naguère avec humour que l'église de QUINSSAINES, avec ses quatre petits clochetons d'angle, avait un clocher et quatre sans (cents) cloche...
Source : André GUY et Pierre MISSIOUX.

Numro du petit patrimoine : 03212_2













 
Localisation de la commune :

 
 
   
       
Dans le mme arrondissement de Montluçon
A Marcillat-en-Combraille, Mur peint Centre Social
A Petite-Marche (La), Eglise
A Marcillat-en-Combraille, Anciennes Devantures
A Lignerolles, Ancienne Bascule de Lignerolles
A Prémilhat, La digue de L'Etang de Sault
A Montluçon, Tags à Montluçon Fontbouillant
A Vallon-en-Sully, La machine fixe de Vallon en Sully au bord du canal de Berry !
A Bellenaves, Sculpture et architecture intérieure de l'église Saint-Martin
A Vallon-en-Sully, Un ding dong public
A Ébreuil, Fresques de la tribune de Saint-Léger d'Ebreuil
A Vallon-en-Sully, Lavoir à Vallon en Sully (03)
A Saint-Bonnet-de-Four, Eglise Saint-Bonnet et Clocher Tors
A Hérisson, Saint-Pierre de Chateloy
A Chouvigny, Château de Chouvigny
A Montluçon, Colombages.
A Montluçon, Château des Ducs de Bourbon.
A Saint-Désiré, Eglise St-Désiré, intérieur
A Marcillat-en-Combraille, Eglise Romane de Marcillat en Combraille
A Petite-Marche (La), Monument aux morts
A Lavault-Sainte-Anne, Lavoir de Marlinat-Gironne
A Lavault-Sainte-Anne, Les Vendanges...florales
A Terjat, Eglise de Terjat
A Audes, L'ARAMIS - la dernière péniche Berrichonne en bois !
A Vallon-en-Sully, L'allée des soupirs à Vallon en Sully !
A Valignat, Eglise Saint-André
A Vallon-en-Sully, Marianne
A Teillet-Argenty, Avoir avant la fin
A Vallon-en-Sully, Musée des Maquettes Animées de Vallon en Sully (03)
A Montluçon, Max Dormoy
A Hérisson, La Vierge au raisin
A Celle (La), Saint-Patrocle de La Celle
A Montluçon, Statuette et maison d'angle.
A Saint-Désiré, Eglise Saint-Désiré
A Marcillat-en-Combraille, Monument aux morts Marcillat en Combraille
A Mazirat, Poids de ville
A Nassigny, Fontaine de Nassigny
A Lignerolles, Abreuvoir et Lavoir du Mont
A Néris-les-Bains, Eglise Saint-Georges, quelques statues et vitraux
A Audes, La péniche le Frêne au musée du canal de Berry !
A Durdat-Larequille, Lavoir de Montmurier
A Nassigny, Le pont levis du Canal de Berry
A Vallon-en-Sully, 11 Novembre 2006....
A Reugny, Le prieuré Notre Dame
A Commentry, Le Monument aux Morts de Commentry
A Montluçon, Monument signé Galy
A Hérisson, Château fort des Bourbons
A Colombier, Saint-Patrocle de Colombier
A Montluçon, Drôle d'oiseau !
A Saint-Désiré, Chapelle Sainte Agathe à St-Désiré
A Petite-Marche (La), Poids de ville
A Marcillat-en-Combraille, Ancienne devanture de magasin
A Prémilhat, Fresque
A Durdat-Larequille, Fontaine St Martial Durdat
A Quinssaines, La croix du maire et du curé
A Nassigny, Les portes d'écluse métalliques de Nassigny !
A Bellenaves, Eglise Saint-Martin
A Ébreuil, Les halles d'Ebreuil
A Chouvigny, La table de Péraclos
A Villefranche-d'Allier, Slobo à Villefranche
A Vaux, Pont-Canal de Vaux et Ecluse de Chantemerle
A Montluçon, Montluçonnais résistants
A Chouvigny, L'eau du Breuil
A Montluçon, Caisse d'Epargne.
A Montluçon, Immeuble Louis XIII.
A Saint-Désiré, Monuments aux morts de St-Désiré et canon 77 FK96